Voici venu le temps du rosé

Créé le

Voici venu le temps du rosé

L’été approche (enfin) et, à la lumière (solaire) de ceci, nous nous penchons sur la boisson estivale par excellence : le rosé. Car peu de choses résument mieux l’été qu’un verre de rosé frais et rafraîchissant sous le soleil estival. Cela étant dit, le rosé se décline en plusieurs types, que nous allons examiner de plus près. 

 

Mais avant tout, il peut être intéressant d’expliquer ce qu’est le rosé, car une confusion fréquente consiste à se demander si le rosé ressemble davantage à du vin rouge ou à du vin blanc. Du point de vue du goût et de la conservation, il s’apparente davantage au vin blanc puisqu’il est consommé froid, mais, techniquement parlant, il se rapproche plus du vin rouge, puisque le rosé est toujours fabriqué à partir de raisins bleus, c’est-à-dire de raisins noirs. Les raisins sont pressés, puis les peaux des raisins sont rapidement retirées des jus avant la macération afin de s’assurer que le vin ne prend qu’une très petite partie de la couleur des peaux. Par contre, dans le cas du vin rouge, les peaux reposent plus longtemps avec les jus, ce qui contribue à la couleur plus foncée et plus rougeâtre. Pour le vin rouge, les peaux peuvent également reposer pendant une période plus ou moins longue, ce qui est déterminant pour la couleur finale du vin. 


Une autre bonne règle à mémoriser est que le rosé est le contraire du vin orange. Le vin orange est élaboré à partir de raisins verts, ou raisins blancs, qui reposent pendant une période prolongée au cours de la macération, ce qui permet d’obtenir des vins blancs de couleur plus foncée, c’est-à-dire du vin orange.


Comme le rosé est produit à partir de raisins noirs, il est théoriquement possible de trouver du rosé dans tous les pays à vin rouge, mais il y a bien sûr des pays, comme la France, mais aussi l’Italie et l’Espagne, où le rosé est plus courant qu’aux États-Unis, en Australie ou en Afrique du Sud, par exemple. 


Comme le vin rouge et le vin blanc, le rosé est bien sûr influencé par le pays/la région/le terroir d’où il provient et il se distingue par le cépage. En d’autres termes, un rosé produit uniquement à partir de Pinot noir aura un goût sensiblement différent de celui d’un rosé produit à partir de Tempranillo ou de Zinfandel. En théorie, tous les raisins noirs peuvent être utilisés pour fabriquer du rosé, mais certains sont nettement plus courants que d’autres dans le monde du rosé. Les plus courants sont le Grenache/Garnacha, le Pinot noir, le Sangiovese, le Mouvédre/Monastrell, le Tempranillo, le Shiraz/Syrah, le Montepulciano, le Zweigelt et le Cinsault, mais si vous en trouvez un fabriqué à partir d’un autre raisin, ne vous alarmez pas. Et, comme pour les vins rouges et blancs, un rosé peut facilement être constitué d’un mélange de plusieurs raisins.


Lorsqu’on parle de rosé, on parle souvent de sa couleur. De nombreuses personnes sont attirées par les couleurs claires, roses et saumonées, tandis qu’une couleur plus foncée, plus rougeâtre, peut sembler dissuasive, car elle peut suggérer quelque chose de trop sucré. S’il est vrai que la plupart des rosés clairs sont très frais et succulents, un rosé foncé n’est pas nécessairement sucré. La couleur foncée peut également indiquer que le rosé est plus puissant, plus corsé et plus complexe et qu’il se prête donc bien aux accords avec les plats, ce qui n’est pas une mauvaise chose.


Lorsqu’il s’agit d’associer le rosé avec les aliments, les combinaisons sont en fait plus simples qu’on ne le pense. Le rosé étant très acide et fruité, il est un excellent compagnon des plats fortement assaisonnés ou contenant beaucoup d’ail. Il peut s’agir d’un wok épicé ou de la classique soupe de poisson française, la bouillabaisse. Les rosés plus élégants se marient également très bien avec les sushis, les tapas composés de charcuterie salée et épicée ou les poissons légers au barbecue. Si vous êtes en possession d’un rosé doux, c’est l’occasion idéale de trouver des fraises fraîches (mais évitez la crème épaisse !). 
Enfin, soulignons que le rosé est très bon seul, si le soleil brille... et il brille toujours quelque part dans le monde ! 
 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fou de vin

Ce billet est écrit par notre expert en vin Loui, qui travaille dans notre salle d’exposition au Danemark.

Loui partagera en permanence ses connaissances du monde merveilleux du vin et nous osons prétendre que le débutant comme le connaisseur chevronné y trouveront leur compte.

Si vous avez soif de plus de vins, vous pouvez également vous plonger dans nos nombreuses archives d’articles précédents.

 

 


Aucun commentaire
Laissez votre commentaire